Sur le chemin des fleurs, mais non sans peurs

Photo by John Towner on Unsplash

Le courage est le juste milieu entre la peur et l’audace

Aristote

J’ai souvent pensé à franchir le cap, quitter mon métier et me reconvertir pour vivre mieux, être en alignement avec mes valeurs. J’ai souvent rêvé d’ouvrir un atelier, proposant des créations florales uniques, qui habilleraient les décors des plus beaux mariages. Vivre de mes créations, et m’épanouir pleinement dans mon travail. Cette vie je l’ai souvent fantasmée. Mais j’ai aussi souvent eu peur de me lancer, peur de perdre de l’argent ou de ne pas en gagner assez, peur de l’échec, peur de ne pas savoir faire autre chose, de ne pas avoir les compétences nécessaires, peur de trop ou pas de assez… Et puis j’ai décidé de mettre sur pause ces petites voix peu constructives qui me faisaient douter de moi et me paralysaient et de rationaliser mes peurs.

Bouh j’ai peur, mais c’est quoi la peur?

La peur, c’est un des mécanismes de défense mis en place par notre inconscient pour nous permettre de réduire les tensions psychiques qui surviennent face à des stimulus perçus comme dangereux, et qui pourraient nuire à notre intégrité physique ou psychique. Au temps de la préhistoire ce mécanisme de défense nous permettait de ne pas nous faire dévorer par une grosse bébête menaçante. Aujourd’hui elle nous empêche d’analyser objectivement une situation. Pourtant si on regarde de plus près, la peur nous permet de nous questionner, de mieux nous connaître et paradoxalement, d’avancer. Alors que ce soit bien clair, c’est normal d’avoir peur, on est ok avec ça, et on accepte nos émotions comme elles viennent pour mieux les appréhender ensuite.

Quelles sont mes peurs?

Pour avancer, il a fallut que j’identifie mes peurs, et que je les listes en les posant noir sur blanc sur un papier. Ça a aussi été une façon de les exorciser. Les voir inscrites sur une feuille blanche m’a permis d’en prendre pleinement conscience, et pour certaines de les relativiser et finalement de les rayer de la liste. Ensuite, j’ai apposé à coté de mes peurs les solutions et les ressources que j’avais pour les surmonter. Cet exercice permet de décomposer en étapes les objectifs à atteindre pour concrétiser son projet. Par exemple, j’ai réalisé que je n’avais pas besoin de quitter tout de suite mon métier d’infirmière pour entreprendre une formation de design floral. De ce fait, la question de l’absence de revenus n’était, dans l’immédiat, plus un réel problème.

Echanger avec ceux/celles qui se sont reconvertis, premier pas pour dépasser ses peurs

J’ai lu énormément d’articles, de blog et de témoignages, écouté des podcast, consulté les réseaux sociaux de ceux/celles qui se sont lancés dans l’aventure de la reconversion pro. J’avais besoin pour avancer, de savoir que je n’étais pas seule à avoir cette idée saugrenue de changer de métier. Ces portraits de femmes qui sont devenues entrepreneurs, designer floral m’ont beaucoup inspirée, et aidée à préciser mon projet. J’ai par exemple découvert les différents types de formations qui s’offraient à moi, qu’il n’existait pas que le CAP ou des formations certifiantes et qualifiantes pour apprendre. J’ai aussi réalisé que l’on n’était pas obligée d’être fleuriste et d’avoir une boutique pour travailler la fleur. Et puis surtout, je me suis dit que si elles y étaient arrivées, pourquoi pas moi?

Travailler sa confiance et son estime de soi, les clés du succès

La peur de ne pas être à la hauteur ou d’échouer est assez récurrente dans la réflexion d’une reconversion pro. Mais je pense qu’il faut se poser les bonnes questions; qu’est-ce que j’aime vraiment? Quelle vie j’ai envi de créer? Qu’est-ce qui est important pour moi? Quel sens je veux donner à ma vie, à mon quotidien? Il faut se reconnecter à ses passions, ses désirs profonds pour surmonter cette peur de l’échec. Plus facile à dire qu’à faire hein! Surtout quand confiance en soi et estime de soi s’immiscent dans tout ce chantier introspectif.
Avoir confiance en soi… cela peut être un sacré défi, voir le travail de toute une vie! Le manque de confiance nous bloque, nous fait douter, parfois nous fait fuir. Heureusement ce n’est pas une fatalité « d’avoir ou ne pas avoir confiance en soi ». En fait, ce n’est qu’une illusion, qui est la résultante d’un conditionnement qui n’est pas inné. On ne naît pas ultra confiant ou pas du tout. C’est quelque chose que l’on nous a transmis dans l’enfance, involontairement ou non, et que notre esprit a construit au fil de notre vie.

LA CONFIANCE EN SOI

C’est croire en sa capacité de penser et d’apprendre, de prendre des décisions et de faire des choix, d’agir, de réagir et de s’adapter aux changements qui s’offrent à soi. Mais ce n’est pas un sentiment permanent même s’il est sécurisant. On peut avoir la dose de confiance en soi nécessaire pour affronter une situation précise et complètement perdre ses moyens face à une autre.

L’ESTIME DE SOI

C’est la valeur que l’on se donne à soi même, basée sur une estimation que l’on fait inconsciemment entre la personne que l’on croît être et la personne que l’on rêve d’être. Du coup, plus le gap est grand entre ces deux représentations, plus son estime de soi est mauvaise, naze, toute pourrie.

Du coup, il faut nourrir son estime de soi, en agissant en cohérence avec ses besoins et ses valeurs. Plus on est alignés avec nos comportements, plus notre estime est bonne puisque l’on agit en fonction de nos valeurs, logique!

Tips pour améliorer sa confiance en soi

  • La méditation, ton BFF (best friend for ever 🙂
  • Se valoriser dans son discours intérieur, lorsqu’on se rends compte que l’on est en train de se dévaloriser, penser à l’inverse à un discours plus objectif. STOP à l’exacerbation de nos défauts et à l’oubli de nos qualités!
  • Se détacher du passé, comme vu plus haut, notre confiance en nous est façonnée dans l’enfance par nos parents, l’éducation que l’on a reçu. Il faut réussir à se détacher des injonctions des parents, de leurs critiques et remettre le passé à sa place. Adultes, nous devons construire notre propre échelle de valeurs et nous détacher de nos croyances limitantes.

Tips pour améliorer son estime de soi:

  • Redéfinir et travailler l’image que l’on a de soi: comment je me décris, comment je me vois, qu’est-ce que je pense de moi?
  • Arrêter d’être dans l’attente de l’approbation des autres et se concentrer sur la sienne.
  • Apprendre et savoir dire « non ». Arrêter de dire « oui » par peur de blesser ou d’être rejeté/e, prendre d’avantage en compte SES besoins.
  • Connaître ses forces, noter les 3 qualités (ou plus) qui nous caractérisent le mieux
  • Arrêter de se comparer aux autres

Pour réussir à surmonter ses peurs, la patience et la persévérence seront de rigueur! Le chemin sera long et semé d’embuches, mais il faut l’accepter pour avancer.

But Never forget, You’re amazing!


1 commentaire

  1. Article très intéressant et très inspirant, merci !
    Petit conseil lecture pour aller plus loin concernant l’estime de soi : “Imparfaits, libres et heureux ; Pratiques de l’estime de soi” de Christophe André. 😘

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *